A la Une, cette semaine

Les penseurs contemporains se penchent sur la relation de l’Homme à l’animal ; philosophe, politologue, essayiste, leur propos est d’autant plus recevable par la majorité de nos contemporains qu’il n’émane pas de supporters inconditionnels de la chasse à courre mais d’observateurs érudits et reconnus de notre époque. Alain Finkielkraut, Natacha Polony, Paul Ariès nous livrent leur réflexion tout en nuance sur les mouvements qui tentent d’emprisonner notre réflexion dans une émotivité larmoyante bien loin des véritables enjeux de notre époque. Face à Paul Ariès sur France Culture, Brigitte Gothière, fondatrice de L214, le mouvement animaliste, fait pâle figure et ses arguments radicaux ne portent pas. La lutte se poursuit aussi au niveau régional, où nos Dircom’s entretiennent une relation de proximité avec les journalistes, de l’Orne jusqu’au Tarn.

[Jours de Chasse]
« Je plaide pour une coopération entre les militants éclairés de la cause animale et les chasseurs »
espace
« Je ne suis pas un adversaire de la chasse, parce que les chasseurs entretiennent un rapport véritable à la nature et aux animaux. Pour ma part, je considère que la chasse ou la corrida ne sont pas prioritaires : nos modernes devraient plutôt faire le ménage dans le monde qu’ils ont créé. L’urgence, c’est l’élevage industriel, plus précisément nommé par Jocelyne Porcher production animale. Là, il faudrait mobiliser les écologistes, les chasseurs, les aficionados. Or on n’en prend pas le chemin.» + Lire la suite
> L’intégralité de l’entretien à lire dans le dernier numéro de Jours de Chasse.
> Suivez-les sur Facebook
[France Culture]
« L’opposition n’est pas entre protéines végétales et protéines animales, mais entre la production industrielle et d’un autre coté l’agriculture paysanne et l’élevage fermier »
espace
« Guillaume Herner a reçu sur France Culture hier la co-fondatrice de l’association L214, qui dénonce à travers des vidéos la maltraitance animale dans les élevages intensifs et abattoirs français, Brigitte Gothière. Elle est rejointe en deuxième partie d’émission par Paul Ariès, politologue spécialiste de l’alimentation, militant écologiste, auteur de la Lettre ouverte aux mangeurs de viandes qui souhaitent le rester sans culpabiliser, également animateur d’un appel pour la défense de l’élevage paysan et des animaux de fermes. » + Lire la suite
[Figaro.fr]
« Les minorités et leur dogme étouffent nos libertés ! »
espace
« Natacha Polony a publié un livre dénonçant la tyrannie de minorités de plus en plus autoritaires. La culpabilisation qu’elles exercent menace selon elle les libertés démocratiques. Les restrictions de nos libertés se multiplient mais, comme c’est au nom d’une «juste cause», on doit l’accepter. Résister devient extrêmement délicat et difficile. Il ne s’agit pas, pour eux, de déboucher sur un compromis, d’écouter des points de vue, de débattre, mais de lutter contre le mal. Or le mal, on ne transige pas avec, on l’éradique, c’est normal. C’est ce qui nourrit leur aspect autoritaire. » + Lire la suite
[L’Orne Hebdo]
Les anti-chasse à courre ULTRA minoritaires
 
À la suite du pique-nique pour l’abolition de la vénerie (OH du mardi 2 avril), les chasseurs à courre de l’Orne répondent : « Au plus près du comportement des animaux sauvages et de leurs biotopes naturels, la chasse à courre est un acteur engagé dans l’écologie. Sauvegarde de la biodiversité, territoires ouverts, libre circulation des animaux sauvages, équilibre sylvo-cynégétique, protection du milieu sont autant de centres d’intérêt que les veneurs ont en commun avec les forestiers, les environnementalistes et les autres chasseurs. » + Lire la suite
[L’Indépendant]
« Si la chasse est un droit, les chasseurs ont aussi des devoirs »
espace
« Je comprends que cette loi puisse sembler radicale pour certaines personnes. Je pense au contraire qu’elle ouvre une soupape de sécurité. Créée par le Sénat dans le contexte de la dernière réforme de la chasse et dans le cadre du futur Office français de la biodiversité, elle pose désormais des limites, des jalons. Sachez que si la chasse est un droit – et doit le rester – les chasseurs ont des devoirs. Ce serait bien que nos opposants en aient aussi conscience lorsqu’ils déboulent sur le terrain ». + Lire la suite
[La Dépêche du Midi]
« Dans le Tarn, la chasse se porte bien »
espace
« Pour la première fois, nous avons des actions du collectif AVA contre la chasse à courre, cela m’inquiète. Jusqu’alors, les chasseurs ont eu une attitude raisonnable. Je ne sais pas combien de temps cela peut durer ? Il faut que les pouvoirs publics prennent les choses vraiment en main. Nous sommes dans un état de droit, on ne peut pas ainsi interdire cette pratique. C’est un sujet extrêmement préoccupant.» + Lire la suite
[Chassons.com]
La gestion adaptative des chasseurs préserve la biodiversité
espace
« Est-il vraisemblablement possible de se passer des chasseurs pour réguler la faune. Évidemment, si l’on nous pose cette question, nous répondront que c’est impossible. Mais cette justification est-elle réaliste ?  Existe-t-il d’autres moyens pour réguler les animaux et notamment les espèces envahissantes. La chasse est-elle si nécessaire dans le paysage rural et environnemental que nous connaissons aujourd’hui ? Pour répondre à cette question, nous avons sollicité Manue Piachaud, étho-anthropotechnologue qui vient de réaliser une étude et un suivi précis et chiffré sur plusieurs mois dans un canton sans chasse, celui de Genève.» + Lire la suite

 

Contactez-nous

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour lancer la rechercher

Abonnez-vous