Recevez chaque mois la newsletter en vous inscrivant ici

Un malentendu regrettable autour de la loi sur les engrillagements : la Société de Vènerie rejette toute responsabilité

Un malentendu regrettable autour de la loi sur les engrillagements :
la Société de Vènerie rejette toute responsabilité

Paris, le 15 mai 2024

La Société de Vènerie apporte le plus ferme démenti aux allégations diffusées par la République du Centre dans son édition du 14 mai. Il y est prétendu que « La Société de vénerie a initié une question prioritaire de constitutionnalité sur la loi dite « engrillagement » portée par Jean-Noël Cardoux, ex-sénateur Les Républicains du Loiret. » C’est totalement faux.

Une question prioritaire de constitutionnalité a bien été posée sur la loi relative aux engrillagements, initiée par le sénateur Cardoux. Elle est le fait d’un collectif constitué de propriétaires forestiers et agricoles, soucieux d’en vérifier la constitutionnalité relativement au droit de propriété et à sa rétroactivité ; d’ailleurs, le collectif ne remet pas en cause le bienfondé de cette loi sur le plan cynégétique et n’évoque en aucun cas la vénerie ou la pratique de la chasse en général.

La Société de Vènerie a travaillé, durant de nombreuses années, en parfaite confiance et sincérité avec Jean-Noël Cardoux, alors président du groupe chasse au Sénat. Le texte de loi relatif aux engrillagements a ainsi fait l’objet, au moment de sa rédaction, de plusieurs échanges entre la Société de Vènerie et l’auteur du texte. Ce dernier a d’ailleurs accepté de prendre en compte certaines de nos propositions, concernant notamment l’entrainement de nos chiens ; nous lui en sommes reconnaissants.

La Société de Vènerie regrette profondément ce malentendu.