La Vènerie en musique

Patrimoine musical de la chasse à courre

Origines de la trompe de chasse

La trompe de chasse puise ses origines et son répertoire dans l’histoire de la vènerie. Chasse à courre et trompe de chasse sont intimement liées et finalement indissociables. C’est le Marquis de Dampierre qui apporte la dimension musicale à la vènerie au XVIIIè siècle, grâce à la trompe de chasse. En 1723, en tant que gentilhomme des Menus-Plaisirs du roi Louis XVIl, il compose les premières fanfares de chasse, servant à donner des indications sur le déroulé de la chasse à courre.

Le rôle de la trompe à la chasse à courre

C’est à la fois un instrument de musique à part entière et l’unique moyen de communiquer du veneur. Répertoriées dans les recueils officiels de la Fédération Internationale des Trompes de France, il existe plus de 3 000 fanfares de chasse dont on distingue les fanfares d’animaux, de circonstances, de lieux et de maîtres. Chaque fanfare a une signification précise et lorsqu’il la sonne, le veneur indique aux autres les péripéties de la chasse dont il est témoin. Le « lancer » annonce que les chiens ont trouvé la voie (l’odeur) d’un animal ; la « vue » sert à prévenir que l’animal de chasse est vu et signale le sens dans lequel il va ; le « bien-aller » indique que les chiens chassent bien leur animal et les encourage.

Mémoire des équipages fait honneur à la trompe. Des centaines de partitions et d’enregistrements de fanfares de maîtres sont accessibles en ligne. Avec les récris des chiens, la trompe constitue la véritable bande originale de la vènerie. François Ier, déjà, utilisait à la chasse une longue trompe, sculptée dans les manufactures vénitiennes. Le son était rudimentaire. Il avait peu en commun avec la sophistication des compositions du créatif marquis de Dampierre, dont les partitions ont traversé le temps. Au XIXe siècle, tout grand veneur dispose de sa fanfare personnelle. Leurs paroles, toujours pittoresques, célèbrent la science de la chasse, le courage… ou le goût pour le bon vin ! En ce début de XXIe siècle, peu de choses ont changé. La numérisation des enregistrements de ce pan entier de notre patrimoine musical national permettra à chacun de se familiariser avec ces mélodies.

Entre art et tradition

En règle générale, l’intérêt du veneur réside dans l’art de chasser à courre et celui du sonneur dans l’art de sonner de la trompe de chasse. Ainsi, on peut sonner de la trompe de chasse sans jamais n’avoir chassé à courre Mais sans vènerie, l’instrument n’aurait peut-être jamais vu le jour et perdrait une part importante de son caractère et de son accent propre. Réciproquement, depuis 1723, sans trompe de chasse, on ne chasse pas à courre. Pour cette raison, la Fédération Internationale des Trompes de France introduit dans ses statuts la notion de maintien des traditions, comme celle de sonner en tenue de vènerie par exemple. De nombreux compositeurs ont utilisé la trompe de chasse dans des œuvres symphoniques et de nos jours, elle est encore l’objet de nombreuses créations originales appelées « fantaisies ». Évoqué par Vigny, l’étonnant pouvoir de séduction de la trompe de chasse lui permet de pénétrer les cœurs les plus hermétiques, faire découvrir au public un monde qu’il n’aurait jamais entrevu sans cet instrument.

Concours de trompe de chasse 2021

Vènerie et musique

Pour participer au concours, les sonneurs doivent être adhérents à l’Association des Veneurs, à jour de leur cotisation 2021.

L’inscription au concours de trompes virtuel est ouverte du 1er juin 2021 au le 30 juin 2021. Le jury délibère en juillet 2021. Il définiera les trois premiers de chacune des catégories.

Le jury est composé de Nicolas Bon, Jean-Luc Corroyer, Mickael Pérennez, Vincent Dornez, Vincent Pinel, Mathieu Wassmer et Loïc de Suremain.

Catégorie « Espoir » (sonneurs de moins de 25 ans) : une fanfare libre + une fanfare imposée (le sanglier)

Catégorie « Confirmé » (sonneurs de 25 ans et plus) : une fanfare libre + une fanfare imposée (le dix-cors jeunement)

Règlement : Vous devez sonner face à la caméra (pavillon non visible) et envoyer vos vidéos à cmeheust@venerie.fr. L’enregistrement des fanfares devra être accompagné d’une photocopie de la carte d’identité.

1er prix : bon d’achat Hourvari 300 €, « Hymne à la Trompe de Chasse », le coffret de six CD enregistrés par Hubert Heinrich, « Chasse à courre : à la croisée des mondes », le livre de Céline Anaya Gautier

2ème prix : bon d’achat Hourvari 200 €, « Hymne à la Trompe de Chasse », le coffret de six CD enregistrés par Hubert Heinrich, « Chasse à courre : à la croisée des mondes », le livre de Céline Anaya Gautier.

3ème prix : bon d’achat Hourvari 100 €, « Hymne à la Trompe de Chasse », le coffret de six CD enregistrés par Hubert Heinrich, « Chasse à courre : à la croisée des mondes », le livre de Céline Anaya Gautier

Journée Nationale de la Trompe de Chasse

Promouvoir la trompe à la chasse, mettre en avant le ton de vènerie et partager l’amour de l’instrument entre veneurs et sonneurs, le tout dans une ambiance conviviale, telle est l’ambition de cette journée initiée par la Société de Vènerie et la Fédération Internationale des Trompes de France. Une dizaine de sites répartis sur toute la France reçoivent veneurs et sonneurs autour d’un programme commun : visite de chenil, organisation d’une épreuve inédite et non officielle, mettant l’accent sur le ton de vènerie. Le jury sera pour l’occasion composé de veneurs et de sonneurs. Toutes les trompes quelque soit leur niveau sont invitées à participer ! Les meilleures d’entre elles improviseront un concert comme il est d’usage en fin de chasse.

Contactez-nous

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour lancer la rechercher

Abonnez-vous