Recevez chaque mois la newsletter en vous inscrivant ici

29 juillet 2021 – L’Association des Jeunes Veneurs (AJV) rassemble depuis 2001 les jeunes autour d’une passion commune : la Vènerie ou chasse à courre.

« Il était une fois une bande de copains amateurs de Vènerie qui décidèrent à l’aube d’un nouveau millénaire de créer une association réunissant tous les jeunes passionnés comme eux de chasse à courre. Forts de leur volonté de se réunir, de fédérer et de partager, ils organisèrent le premier Raout au château de Bois-Lozé, chenil du Rallye Malpaire.

Ainsi naquit l’Association des Jeunes Veneurs en 2001  !

(suite…)

29 juillet 2021 – L’Abbaye du Val des Choues

À son origine en 1184, un ermite (le frère Viard) se retire dans une grotte de la forêt, puis est rejoint par d’autres frères. On peut encore voir son petit ermitage. L’abbaye doit son nom aux cultures du potager, entretenu par les moines à la fin du XIIème siècle. Elle est dédiée à Notre-Dame et Saint-Jean-Baptiste. Le site est remarquable au cœur de la forêt sur 21 hectares comprenant parcs et jardins à la française, un bassin et un vivier. Le joyau est constitué par le musée de la vénerie sur la chasse à courre avec de nombreux animaux sauvages naturalisés, trophées, costumes et des documents sur cette chasse singulière qui rassemble bon nombre de chasseurs pour capturer sangliers, chevreuils et cerfs, en compagnie de 150 chiens de l’équipage Piqu’avant Bourgogne.

(suite…)

26 juillet 2021 – Les sonneurs de trompe guettent la relève

« La trompe de chasse est un instrument de musique dont les origines remontent à l’époque de Louis XlV », souligne Gérard Tessier, président des Échos des Coëvrons. Bien que sa pratique soit liée à la vénerie, pour signaler qu’un animal de chasse a été vu par exemple, tous les membres des Échos des Coëvrons ne sont pas chasseurs.Alors pourquoi cette passion ? « Pour le son. Sonner en groupe, c’est émotionnel », explique simplement Rémy Lebreton, secrétaire de l’association.

De La Saint-Hubert à des morceaux de fanfare de circonstance, le répertoire des Échos des Coëvrons est pensé pour des aubades à destination d’un large public et à l’occasion d’événements très divers : fêtes communales, familiales, célébrations religieuses, fêtes de la chasse… « On s’adapte à la demande. On sonne et on chante », commente Rémy Lebreton

(suite…)

24 juillet 2021 – Exposition sur la chasse au Moyen-Âge

Depuis le 17 juillet, une exposition sur un chef-d’œuvre médiéval de la littérature cynégétique, le Livre de chasse de Gaston Phébus, se tient en plein air au pied du calvaire, place de la mairie. Ce sont 80 illustrations de scènes de chasse tirées de ce livre et admirablement commentées que le public pourra admirer jusqu’à la mi-août. Une agréable façon d’aller à la découverte de cet auteur qui pratiquait la chasse comme art de vivre avec une certaine éthique et le respect de l’animal et qui liait étroitement chasse et protection de la nature.

(suite…)

23 juillet 2021 – Affaire Pilarski : où en est l’enquête ?

Les faits remontent au 16 novembre 2019. Élisa Pilarski est tuée par des morsures chien. Son compagnon avait été mis en examen pour homicide involontaire, où en est l’enquête aujourd’hui ?

C’est ce vendredi 23 juillet que le tribunal d’Amiens rend un délibéré sur la demande de nullité de Christophe Ellul concernant la désignation de la juge d’instruction et de l’expertise incriminant son chien dans la mort d’Élisa Pilarski. L’affaire remonte au 16 novembre 2019. Élisa, jeune femme de 29 ans est retrouvée morte dans la forêt de Retz dans l’Aisne, couverte de morsures. Elle est alors enceinte de six mois lorsqu’elle succombe à une hémorragie provoquée par les morsures.

(suite…)

20 juillet 2021 – Napoléon Ier était mauvais tireur mais stratège de la cynégétique

En cette année qui célèbre le bicentenaire de la mort de Napoléon Ier , le 5 mai 1821, l’occasion nous est offerte de revenir sur son rapport à la chasse. Et en particulier de voir comment il œuvra pour lui rendre ses lettres de noblesse. Dans la gestion de la chasse comme dans celle de ses affaires administratives ou militaires, Napoléon se distingua par de remarquables capacités d’organisateur et un rare sens du discernement. Pourtant, et au contraire de nombreux souverains qui l’avaient précédé, il chassait moins par passion que par obligation d’État. « Il aime la chasse, écrivait Mme de Rémusat, femme de lettres, plutôt pour l’exercice qu’elle lui fait faire que pour ce plaisir en lui-même . » L’Empereur y voyait une activité saine pour le corps et l’esprit – « C’est très savant, la chasse… presque aussi savant que la guerre », répétait-il à l’envi -, exaltant chez les jeunes les vertus guerrières qui sont le ciment d’une grande nation.

(suite…)

19 juillet 2021 – Qui sont les gens qui chassent à courre aujourd’hui ?

Un des arguments souvent utilisés pour critiquer la chasse à courre et que cette activité serait réservée à une certaine « caste » … une élite bourgeoise et aristocratique. Si l’argument pouvait être exact il y a encore 50 ans, la a publié une vidéo bon enfant qui prouve aujourd’hui largement le contraire. Réalisé au Pays de Lyons (au nord du Vexin normand) le tournage a regroupé des passionnés lors d’un évènement destiné à promouvoir cette pratique et partager de bons moments en attendant la reprise de la saison. Veneurs, suiveurs, cavaliers, professionnels du secteur et simples amateurs étaient présents.

La Société de Vènerie à répondu par l’image et avec humour à ces allégations. À travers celle-ci, on constate que cette chasse est en réalité accessible à tous . Bien souvent, toutes les franges de la population y sont représentées. Rares sont les activités en France où le brassage social et générationnel y est aussi évident.

(suite…)

14 juillet 2021 – Aujeurres : le son du cor au fond des bois

Les airs sont travaillés individuellement avant d’être ajustés en groupe. Près de la cabane de chasse récemment rénovée, un groupe de sonneurs de trompes, l’association Le bien allé lingon, se retrouve le mardi soir pour leurs répétitions.

Aujeurres se situe en un point central pour ces passionnés qui viennent de Côte-d’Or et de Haute-Marne, heureux de se retrouver après une interruption d’un an et demi. Le « bien allé » est un terme de vénerie pour accompagner les chiens. Cet endroit est idéal, en lisière de forêt, mais les répétitions peuvent se faire en intérieur, dans des églises par exemple, quand le temps est incertain.

(suite…)

8 juillet 2021 – Ce samedi, la société de chasse va fêter ses 100 ans

Il y a tout juste 100 ans, quelques chasseurs, soucieux de protéger des braconniers le gibier peuplant le territoire de Saint-Forgeux et d’en favoriser le repeuplement, décidaient de créer une société pour exploiter entre eux le droit de chasse sur les terrains qui leur seraient cédés à bail.

L’Amicale des chasseurs va fêter ses 100 ans

Il y a tout juste 100 ans, quelques chasseurs, soucieux de protéger des braconniers le gibier peuplant le territoire de Saint-Forgeux et d’en favoriser le repeuplement, décidaient de créer une société pour exploiter entre eux le droit de chasse sur les terrains qui leur seraient cédés à bail. Sitôt dit, sitôt fait, enfin presque, car l’association ne sera officiellement enregistrée qu’en 1923 avec comme premier président Pierre Berlin.

(suite…)

7 juillet 2021 – Fermeture avec les Rallyes Chapeau et Piqu’Avant Bourgogne

En ce 31 mars 2021, jour de fermeture, le Rallye Chapeau découple en forêt de Jaligny-sur-Besbre dans l’Allier avec un invité de marque : le Rallye Piqu’Avant Bourgogne.

Rendez-vous a été donné très tôt pour cet ultime laisser-courre de la saison, à 7 h 30. Il est vrai que la météo n’est guère favorable, avec des températures anormalement élevées pour ce mois de mars, en tout cas bien trop hautes pour que les chiens chassent correctement dès la fin de matinée.

La plupart des boutons du Rallye Chapeau sont réunis pour la circonstance, dont le maître d’équipage Henri Tobie de Monspey et son remplaçant régulier quand il se trouve occupé à ses affaires en Russie, Stéphane Devaulx de Chambord , master de l’équipage. Un autre vautrait réputé est convié ce jour-là : le Rallye Piqu’Avant Bourgogne, dont le maître d’équipage, Michel Monot, est présent, accompagné de son fils Tristan qui mène les chiens et de quelques boutons.

(suite…)

La confiance aux chiens

Veneurs, grâce à votre odorat, votre instinct, votre condition, êtes-vous capable de déjouer les ruses, d’anticiper la refuite ou de prendre un animal ?

Certes, il est indispensable d’aiguiller les chiens lorsque le renseignement est bon, de les guider dans un grand défaut, de les encourager lorsqu’ils font leurs preuves ou encore leur faire comprendre certaines erreurs. Cependant, l’autonomie et le silence, s’avèrent absolus.

Au plus profond de son génie, le prédateur carnivore qu’est le chien chasse, connaît fort bien les artifices de ses proies et est ainsi capable de les empêcher. Lui accorder son entière confiance n’avoue pas la réussite mais contribue amplement à l’optimisation d’une quête.

« Les valets », passionnément nommés, vouent une entière confiance à celui qui les chérit, qui les nourrit, qui les affectionne et qui les mène à la chasse. Du Maître au Piqueux, cette relation s’établie en vivant au plus près d’eux, en comprenant leurs mœurs, leur hiérarchie, leurs qualités distinctes, leurs maux ou leurs désirs.

Sans compagnon, la chasse à courre, la chasse aux chiens courants, la chasse sous terre ou bien la chasse au chien d’arrêt ne pourraient se pratiquer. Il n’en serait davantage pour tous les animaux de compagnie qui, grâce à la foi, lient une relation fidèle et pourtant si difficile à élucider.

La confiance aux chiens forme l’essentialité, le cœur de l’ouvrage, le fil conducteur de l’histoire, de la relation, de la complicité hors-normes.
« Les chiens sont représentés à 80% par le Maître, le restant par l’origine. »
Quelques proches épris reconnaîtront celui qui, de ses innombrables observations, révèle un constat donnant matière à réfléchir, à remettre en cause certains comportements et, sans nul doute, à laisser libre les savoirs canins.

La réponse à cette question préambulaire reste simple et sans besoin de justification : NON. Néanmoins, certains Hommes au sang surchauffé, se pensant sûrement meilleurs que leurs chiens, hurlent, réprimande ou cassent le travail dûment effectué.

Déc[O]uplons les savoirs de la nature.
J’accour[R]e.

4 juillet 2021 – Chasse : harcelée sur les réseaux sociaux, elle porte plainte et obtient gain de cause

Il y a un an, l’organisatrice de la Fête de la chasse et de la campagne, au parc du château de Bresse-sur-Grosne, a été victime d’une cabale sur les réseaux sociaux suite à une information détournée du JSL

Des internautes ont supposé et rependu la rumeur qu’un jeune veau, intégré au sein d’une meute d’un équipage de grande vénerie, allait être sacrifié au cours d’une démonstration de chasse à courre. Un jeune veau de trois mois de race Salers a bien été intégré au milieu de la meute pour une démonstration de chasse à courre comme annoncé dans nos colonnes.

L’organisatrice, victime d’un déferlement de haine, a porté plainte. L’avocat du Mouvement de la ruralité (LMR) l’a accompagné devant le tribunal de Mâcon. Ce dernier vient de condamner l’une de ces personnes à 500 € de dommages et intérêts. Les investigations visant à poursuivre les autres auteurs pour cyber-harcèlement sont encore en cours.