Qui sont les veneurs ?

Depuis 600 ans, la vènerie résiste aux grandes mutations de nos sociétés, aux guerres, aux évolutions et à l’usure du temps. Elle semble immuable tant ses racines s’ancrent dans les vérités profondes de la nature. La vènerie a toujours fasciné et réveillé les passions, aujourd’hui plus que jamais. Le nombre d’équipages et de pratiquants prouve à quel point elle est vivante et contemporaine.

Parfois les chiffres en disent davantage que de longs discours. Ironie de l’histoire, la vènerie existe depuis plus de 600 ans et c’est en ce début de XXIè siècle qu’elle compte le plus de meutes. On compte environ 390 équipages. En France on chasse 6 animaux à courre : le lapin, le lièvre, le renard, le cerf, le sanglier et le chevreuil. On estime le nombre de chasses par an à environ 18 000. C’est dire si la vènerie est présente dans les 70 départements où elle s’exerce.

Vènerie et écologie

Dans les éléments dont nous héritons, nous, gestion­naires très temporaires de politiques publiques, il y a à faire valoir l’apport de la chasse à courre à l’histoire, aux traditions mais aussi dans son rôle de régulation de la faune sauvage. Pour être mieux compris, il faut communiquer, expliquer et faire œuvre de pédagogie. Nous sommes prêts à faire ce travail à vos côtés. Oui, la vènerie est l’une des chasses les plus écologiques aujourd’hui, voire LA plus écologique. Elle se pratique en immersion totale dans la nature, c’est un rapport intime entre l’homme et l’environnement.

Vènerie et patrimoine

La vènerie fait partie intégrante de notre patrimoine culturel, elle contribue depuis plusieurs siècles à son rayonnement. De nombreux sites tels que Fontainebleau, Chantilly ou Chambord nous rappellent sa forte présence. Depuis toujours les peintres animaliers se sont inspirés de ce thème. Aujourd’hui encore, l’explosion de la photographie, les très nombreux livres et essais consacrés à l’art de la vènerie et à sa pratique montrent à quel point elle continue à inspirer les artistes. La trompe de chasse appartient à nos terroirs, elle résonne partout dans nos campagnes.

Assurer la pérennité de la vènerie, maintenir ce patrimoine culturel et cynophile vivant unique au monde, entretenir cette connaissance cynégétique exceptionnelle sont autant de missions et responsabilités qui incombent aux veneurs d’aujourd’hui. Chasser à courre au XXIè siècle n’est pas une démarche anodine, c’est même un acte engagé. Les veneurs sont en quelque sorte les dépositaires d’une tradition séculaire inestimable. Leur détermination est à la hauteur de cet enjeu, elle permettra aux générations futures de vivre les joies immenses des laisser-courre.

art

La Vènerie appartient au patrimoine culturel français. Aujourd’hui, l’ambition des veneurs n’est pas d’innover, mais bien de cultiver cet art extraordinaire.

histoire

Depuis 600 ans, la vènerie résiste aux grandes mutations de nos sociétés et semble immuable tant ses racines s’ancrent dans les vérités profondes de la nature.

musique

Les fanfares de chasse constituent un véritable code de communication qui ont une signification que la puissance de l’instrument porte à la connaissance des autres.

Contactez-nous

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour lancer la rechercher

Abonnez-vous