Inscrivez-vous

à notre publication interactive trimestrielle entièrement gratuite.
Nom
Prenom
Email
Dépt.

Image du jour


Nature & vènerie 2012
Imprimer Envoyer à un ami

Un mode de chasse en plein développement

 

Depuis 600 ans, la vènerie résiste aux grandes mu­tations de nos sociétés, aux guerres, aux révolutions et à l’usure du temps. Elle semble immuable tant ses racines s’ancrent dans les vérités profondes de la nature. La vènerie a toujours fasciné et réveillé les passions, aujourd’hui plus que jamais. Le nombre d’équipages et de pratiquants prouve à quel point elle est vivante et contemporaine. Certains trouvent qu’elle est cruelle et réservée à une élite nostalgique de l’Ancien Régime mais la connaissent-ils vraiment, ont-ils pris le soin de voir de plus près de quoi il s’agit ? D’autres au contraire, voient dans la chasse à courre une occasion de dé­fendre un mode de chasse naturel et écologique, une conception authentique de la nature et un patri­moine culturel considérable.

 
 
LA VèNERIE , UNE FILIèRE éCONOMIQUE ESSENTIELLE
 
 
Interview de Pierre de Boisguilbert pour la Lettre des Amis
 

Disponible sur VènerieTV : abonnez-vous en un simple clic !
 

Le nombre croissant de veneurs souvent très jeunes, les suiveurs réguliers (30 000) et les occasionnels (70 000) toujours plus nombreux et très intégrés à la vie des équipages témoignent de la popularité de la chasse à courre. Celle-ci a tissé des liens étroits avec les chasseurs, les cavaliers, les sonneurs de trompe, les autres éleveurs de chiens et les amis de la nature. Aujourd'hui, en France, plus de 420 équipages représentant 10.000 pratiquants répartis sur 69 départements, chassent cerfs, chevreuils, sangliers, renards, lièvres et lapin, selon la région où ils se trouvent ou le type de chiens dont ils disposent. Les jeunes et les femmes sont en nombre dans les équipages, ce qui est une caractéristique originale de ce mode de chasse.