Inscrivez-vous

à notre publication interactive trimestrielle entièrement gratuite.
Nom
Prenom
Email
Dépt.

Image du jour


Chambord 2012
Imprimer Envoyer à un ami

La vènerie du lièvre

La chasse à courre du lièvre est par excellence un sport de jeunes. Il est nécessaire en effet d'être en pleine possession de tous ses moyens physiques pour suivre à pied - à quelques exceptions près d'équipage chassant à cheval - à travers bois et plaines, et ceci de tout temps. Il n'est pas rare qu'un veneur parcoure une quinzaine de kilomètres dans un après-midi, mi-marchant, mi-courant dans les terres détrempées et les chaussures lourdes de boue.

 
RALLYE DES GRANDS LOUPS
 
 
Délire de chasse, vènerie du lièvre 

Disponible sur VènerieTV : abonnez-vous en un simple clic !
 
 
UNE CHASSE TRèS TECHNIQUE QUI IMPOSE DE LA MODESTIE
 

A ceux qui envisagent de chasser par la suite d'autres animaux, cette vènerie apparaît par sa délicatesse et sa nécessité de l'effort comme la meilleure des écoles. Les chiens de lièvre, d'une plus petite taille que ceux utilisés pour les autres animaux doivent être fins de nez, rapides sans excès, très enthousiastes, avoir le feu sacré comme leur maître. Certains équipages de lièvre chassent aussi le lapin de garenne qui procure des menées moins longues mais tout aussi passionnantes. Les prélèvements -infimes- des 130 équipages de lièvre sont de l'ordre de 650 animaux par saison sur 1 500 000 environ qui sont prélevés par la chasse ou écrasés sur les routes.

 

C'est l'un des plus petits animaux de vènerie par la taille mais c'est sans doute l'un des plus grands par la ruse. Ce petit mammifère aux allures timides et hésitantes devient un savant magicien quand il est poursuivi par une meute de chiens. Pour se gîter le matin, il ne se remet qu’après avoir effectué de nombreux sauts dont le dernier le fait atterrir dans son gîte d’où les meilleurs rapprocheurs auront quelques fois toutes les peines du monde à le faire bondir. Sitôt lancé, après une fuite qui paraît éperdue, il prendra soin de ne laisser derrière lui que le plus faible des sentiments en n’empruntant que des passages où son odeur sera la plus légère. Puis ayant conforté son avance sur ses poursuivants, il enchevêtrera ses voies tant et si bien que les meilleurs chiens y perdront souvent la raison. Si malgré tous ces obstacles vous pensez l’avoir forcé alors que tout le monde le voyait déjà pris, il disparaîtra comme par enchantement. Et le plus souvent toutes vos recherches seront vaines.

 

Toutes ces difficultés font que le courre du lièvre demeure l’un des plus passionnants. La vènerie du lièvre est une discipline qui demande une endurance à toute épreuve, une ténacité qui va jusqu’à l’obstination et surtout une très grande modestie.