Actualités

Image du jour


Nature & vènerie 2012
Imprimer Envoyer à un ami

Vènerie et écologie : 8ème épisode disponible !

Publié le 08/08/2011 | par Mélodie LEHMANN
 

Xavier Legendre nous démontre que dans un monde sauvage, ils peuvent surtout déclencher les mécanismes d’un instinct de survie et faire face au danger grâce à l’effet bénéfique du stress qui augmente considérablement leurs capacités, notamment la fuite rapide. Ce stress défensif est par conséquent fondamental au maintien de l’intégrité de l’animal sauvage. En parallèle, une situation permanente de stress léger favorise la prudence, le comportement d’alerte et conduit à une plus grande performance cognitive. Le comportement quotidien des animaux sauvages, résultat d’un apprentissage au sein du groupe, reste donc guidé en permanence par l’opportunité d’un affrontement avec un prédateur et la présence de carnivores domestiques contribue à entretenir ces aptitudes à l’image de la confrontation avec les prédateurs ancestraux. Ni permanentes ni violentes, ces sollicitations maintiennent chez l’animal sauvage un niveau de vigilance élevé et supportable. Les carnivores, eux, se sont également adaptés. En meute ils isolent un animal de la harde en repérant d’emblée celui le plus à leur portée, selon un processus de régulation fondé sur la sélection naturelle. Une meute de chiens courants peut-elle jouer un rôle identique ? La présence d’une meute de chiens courants, danger « naturel », permet sans aucun doute le maintien de l’intégrité sauvage des cervidés puisqu’elle sollicite leurs défenses et que ces derniers y répondent par un arsenal de stratagèmes transmis à travers les générations.  En outre, la généralisation de l’attaque de meute à mort en vénerie entraîne, si elle est correctement observée, un prélèvement de mâles plutôt jeunes, conforme à la structure de la population. L’épargne d’un nombre suffisant d’adultes permet alors la diffusion des meilleurs gènes et en revendiquant comme les grands animaux, de grands territoires, la vénerie contribue à sa façon au brassage génétique indispensable à la biodiversité en sélectionnant sur les performances physiques.

 

   XAVIER LEGENDRE

 

 

Docteur vétérinaire

 



< Voir toutes les actualités

> Réagissez à cet article

Aucune réaction

Déposer un commentaire

Votre nom ou votre pseudonyme:

Votre email:

Votre message:

Captcha: